Cancer du sein : dépistage et pandémie

Mis à jour : juin 9


Par Fatéma Dodat

Source Image : Pixabay


Même si le monde est sur pause depuis le début de la pandémie, les cancers ne s’arrêtent pas pour autant. Et le cancer du sein ne déroge pas à la règle. Cette maladie touche une femme sur huit et représente, à elle seule, la première cause de décès par cancer chez la femme dans le monde. Avec l'interruption de certains soins de santé et des dépistages en clinique due à la crise, les médecins s'inquiètent pour leurs patientes qui sont à risque de développer un cancer du sein. Retour sur la nécessité du dépistage précoce de ce cancer et l’impact occasionné par la Covid-19 au Québec.

Depuis le début de la pandémie, le programme québécois de dépistage du cancer du sein - destiné aux femmes entre 50 et 69 ans - est interrompu. Selon Éric Pelletier, le chef de l’unité scientifique à l’Institut national de santé publique du Québec, « plus de 350 000 mammographies sont effectuées au Québec dans le cadre [de ce] programme ».

Un dépistage précoce


Le cancer du sein survient suite à la multiplication anormale de cellules dans les glandes mammaires, situées dans le sein. Outre les facteurs génétiques et les antécédents familiaux, l'âge représente un des facteurs de risque de ce cancer. Le diagnostic précoce du cancer du sein permet une prise en charge thérapeutique rapide, ce qui peut éviter la propagation du cancer à d’autres zones du corps ou le retrait du sein dans certains cas. C'est la raison pour laquelle, en 2013, les instructions du National Comprehensive Cancer Network (alliance de 30 centres de cancérologie aux États-Unis) encourageaient toutes les femmes à réaliser un auto-examen de leurs seins, et à celles de plus de 40 ans, à passer un examen clinique des seins une fois par an.


La mammographie


Introduite au Canada en 1988, la mammographie est un examen radiologique des seins qui constitue aujourd’hui la technique standard de dépistage du cancer du sein. L'examen consiste à comprimer à tour de rôle les deux seins puis à les exposer à une faible dose de rayons X. Cette compression permet d'étaler les tissus mammaires, facilitant la visualisation des structures du sein et la détection d'éventuels nodules (formation anormale arrondie) grâce à une augmentation du contraste de l'image obtenue.


Elle peut s'effectuer alors qu'une femme n’a aucun symptôme apparent, permettant alors de détecter de manière précoce une masse non palpable. Dans d'autres cas, elle fait suite à la survenue de symptômes ou de signes de cancer du sein (bosse, écoulement, rougeur, etc.) chez une patiente.


Selon les pays, les recommandations de dépistage varient de 1 à 3 ans. Malgré des proportions non négligeables de sur-diagnostics (10%) ou au contraire, de cancers qui passent inaperçus car ils se déclenchent entre deux mammographies (15-20%), l’utilisation de la mammographie est préconisée à l'international. Le Centre international de recherche sur le cancer affirme notamment que c’est le « seul moyen de dépistage pour réduire la mortalité par cancer du sein » chez les femmes âgées entre 50 et 69 ans. La diminution du risque de mortalité chez les femmes de cette tranche d’âge varie selon les études cliniques (ici et ici). Après compilation et corrections des résultats de différentes études cliniques, une diminution du risque de mortalité de 40% chez les femmes entre 40 et 74 ans est observée grâce à la mammographie.

Une reprise attendue


Au Québec, « sur 1000 tests, on détecte environ 6 cas de cancer du sein » affirme Éric Pelletier. Selon l'évaluation du journal Le Devoir, cela représenterait 2100 cas par an.

Au CUSM (Centre Universitaire de Santé McGill), pas moins de 400 patientes déjà diagnostiquées d’un cancer du sein ont vu leur mammographie de suivi annuelle reportée.

Les médecins s’inquiètent actuellement de la date de réouverture des cliniques de dépistage et de l'impact occasionné par cette interruption sur la prise en charge des patientes.

212 vues
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Instagram
  • Twitter

©2020 Fatéma Dodat. Tous droits réservés.