Des organes microscopiques contre le cancer

Mis à jour : sept. 9


Par Maude Hamilton

Source Image : Pixabay


En 2020, le nombre de Canadiens à recevoir un diagnostic de cancer est estimé à 225 800. Cette maladie est la première cause de mortalité au Canada. Cependant, le taux de mortalité a diminué depuis les années 80, et ce, grâce aux progrès réalisés au niveau du dépistage et des traitements. Parmi ces avancées se trouve la médecine personnalisée, qui vise à prodiguer un traitement plus adapté à chaque patient. Les organoïdes, qui sont des organes microscopiques cultivés dans des pétris, constituent un outil intéressant pour cette approche spécialisée dans notre combat contre le cancer.

Le cancer, unique pour chacun


Le cancer inclut plus d’une centaine de pathologies qui sont toutes causées par une division anormale de nos cellules. Son traitement est difficile en raison de sa complexité. L’hétérogénéité fait partie intégrante de ce problème. En effet, les cellules dans une même tumeur ne sont pas toutes semblables, et ce, autant chez un même patient qu’en comparant des patients différents. Lors de l’évolution d’un cancer, des mutations génétiques apparaissent. Ainsi, la première cellule d’une tumeur pourrait être complètement différente de la dernière. C’est là que la médecine personnalisée peut aider.


L'hétérogénéité tumorale

Qu’est-ce que la médecine personnalisée?


Notre génétique illustre bien la différence qu’il existe entre chacun de nous. Cela explique notamment qu’un traitement unique ne s’avère pas efficace pour tous les patients affectés par une même maladie. Ce n’est donc pas étonnant que l’avenir se tourne vers la médecine personnalisée. Cette dernière permet de prendre en compte la réalité génétique et épigénétique* d’un individu et de l’appliquer aux traitements que celui-ci recevra. Au revoir le « one size fits all » et bonjour la précision! Cette approche peut être intéressante lorsqu’elle est appliquée au cancer par l’utilisation des organoïdes.



Faire des minis organes à partir de cellules de patient


En prélevant des tissus tumoraux et sains chez un patient, il est possible de faire pousser des organoïdes. Les organes microscopiques sont ainsi obtenus et reproduisent avec fidélité la génétique et la structure de l’organe et de la tumeur d’origine. Ils peuvent être utilisés pour évaluer les modifications génétiques présentes, ce qui peut déjà orienter les traitements. Par la suite, on peut les utiliser pour tester des traitements et en vérifier la toxicité. À plus grande échelle, la création de biobanques d’organoïdes dérivés de patients représente une ressource essentielle pour la recherche fondamentale sur le cancer.



* : Organoïdes murins



À la recherche de plus de complexité


Ces organes microscopiques sont dérivés des cellules épithéliales qui tapissent les organes de notre corps. Ainsi, ils ne reproduisent pas les autres aspects de leur environnement, à savoir les tissus ou les autres organes avec lesquelles ils peuvent interagir. Ces éléments environnementaux peuvent être importants pour comprendre l’entière complexité que représente le cancer.


Néanmoins, des études cliniques ont montré des résultats encourageants en comparant la réponse des organoïdes et celle de patients à des traitements anticancéreux. Ainsi, dans une étude clinique réalisée sur des organoïdes dérivés de cancer colorectal et œsophagien, la valeur prédictive positive de ce modèle a été évaluée à 88% et la valeur prédictive négative à 100%. Cela signifie que si un organoïde répond à un traitement, il y a près de 9 chances sur 10 que ce soit le cas chez le patient et qu’au contraire, si l’organoïde ne répond pas au traitement, c’est assuré que le patient n’y répondra pas. Il faut tout de même garder en tête que ces statistiques sont le résultat d’un petit échantillon de 21 patients. Des études cliniques de plus grande envergure sont nécessaires pour confirmer ces résultats. . L’avenir sera-t-il aux organoïdes?

*Épigénétique : Modification sur l’ADN qui est réversible et dépend de l’environnement. Peut parfois être transmis entre les générations.

115 vues
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Instagram
  • Twitter

©2020 Fatéma Dodat. Tous droits réservés.